fbpx
10 Juil

La force de la prière

La force de la prière

Dans notre démarche personnelle d’une amélioration constante de notre monde intérieur et d’un éveil, il est essentiel d’appréhender la communion avec le divin au travers de moment exceptionnel, des moments de communion, où nous ne faisons plus qu’un avec l’univers tout entier. Cet instant de fusion et d’abandon de notre qualité humaine, de notre partie charnelle, ne peut se faire qu’au travers de deux manières, autant distinctes que complémentaires : la prière et la méditation. La première étant un moment de pensées actives, et de paroles (mentales ou internes) dirigées vers le Dieu créateur (toutes religions confondues) et chaque partie de l’univers, l’autre étant un état de non pensée qui nous relit de manières fusionnelles au tout et au « Un », à la vacuité.  L’un est lié au monde de la pensée, l’autre à l’espace qu’il existe entre les pensées. Le tout donnant forme à notre foi, à notre monde mental.

La méditation étant un acte à part, j’y reviendrais ultérieurement dans les prochains mois. Nous nous pencherons aujourd’hui sur la puissance de la prière sur notre corps et notre mental, sur ses capacités de guérisons et de pardon, sur sa force et sa capacité à changer le monde.

La prière est une pensée d’amour et de tolérance, de pardon et de compassion, dirigée vers le Dieu créateur, vers la lumière céleste. Elle nous permet de nous mettre en contact avec le cosmique et nous autorise, l’espace de cet instant, à lâcher nos souffrances et nos pensées les plus douloureuses. Nous vivons au travers de ces instants un relâchement complet de notre état émotionnel, ce qui nous permet de nous retrouver face à nous même, c’est à dire d’être et non plus de paraitre. La prière est l’instant où nous ne sommes plus ce que la société demande, mais ce que nous sommes en réalité, le regard des autres étant alors complètement absent de l’unité que nous formons avec la lumière. Il n’y a plus alors l’obligation de faire ou de dire, puisque nous sommes et pensons ce que nous voulons. Cet instant ne se partage pas, ne se décrit pas, ne se juge pas. Il est, c’est tout. Il nous appartient à nous et uniquement à nous.

La prière étant une pensée positive, dirigée vers l’univers, celui-ci ne peut répondre autrement que par des états positifs, que par la paix et le relâchement. Elle permet donc, non seulement de s’unir au créateur, mais également de diminuer notre stress intérieur et de réduire l’état de tension dans lequel nous sommes hors de la prière. L’effet est donc bénéfique non seulement au niveau émotionnel, mais également au niveau de notre état physique qui se voit changé de par notre déconnexion du monde dans lequel nous évoluons.

De nombreuses études ont démontré le bienfait de la prière sur la santé en augmentant les cellules responsables de nos défenses immunitaires, ainsi que de substances responsables de notre état d’apaisement.

Il est reconnu autant par le monde médical que par le monde scientifique qu’un état de détente augmente les cellules de défenses immunitaires, les endorphines, diminue le ph du corps et le rapproche de la norme, réduit les tensions musculaires, entraine une modification des ondes du cerveau, améliore le sommeil, fait varier les taux hormonaux, diminue l’acidité de l’estomac…la liste est trop longue pour être complète. Bref, tout ce qui diminue notre stress nous ramène à notre état optimum de fonctionnement et réduit d’autant notre risque de déclencher une maladie.

La pensée positive nous rapproche de cet état de non stress, de détente et nous autorise donc à se rapprocher d’un état de santé et de bien-être.

La force de la prière, c’est qu’elle est déjà en soi une pensée positive inconditionnelle, dirigée vers quelque chose de lumineux et de céleste et qu’elle autorise toute communication intime et secrète avec le divin. Elle autorise donc une expression complète de nos émotions et induit donc par conséquence un état de relâchement et de détente. Elle améliore donc nos constantes biologiques, et réduit les états de dysfonctionnement de notre organisme en le rapprochant de son état naturel. De là, la prière a un pouvoir de guérison et thérapeutique parce qu’elle permet au cerveau, et donc à l’organisme, de se couper du stress et des tensions, et nous ramène vers une harmonisation mentale et énergétique qui nous plonge dans un état de paix et de relaxation.

Elle nettoie nos peurs et nos doutes car nous nous en remettons à Dieu et acceptons de ce fait une sorte de lâcher prise qui autorise une certaine tolérance du monde et des autres. La prière devient donc l’outil de mon détachement du monde, le biais par lequel nous nous retrouvons, seuls, face à nous-mêmes et à nos états émotionnels, et au travers de laquelle, nous lavons nos peurs et nos doutes, tout en s’unissant à la force suprême de la création. Notre état se rapproche donc d’un état de non-être physique et autorise l’inhibition de notre ego.

De cet état de grâce, nous ne pouvons en tirer que du bénéfice puisqu’il nous emmène là où nous devrions être, libérés de nos peurs et de nos doutes, laissant libre cours à la vie de nous emmener là où nous devons aller. Il n’y a plus aucun contrôle volontaire de notre existence ou des autres, et nous pouvons alors être et vivre, l’espace de cet instant, la communion avec l’Eternel.

Au travers de la prière, Je deviens lui et Il est moi. Je suis une partie de lui, il est une partie de moi. Nous sommes donc une entité nouvelle, forte et créatrice, qui nous permet de voir le monde non plus avec notre tête, mais avec notre cœur. Nous libérons ainsi notre état émotionnel terrestre pour nous connecter avec notre cœur, notre âme et lâcher tous ce qui nous empêche d’être réellement ce que nous sommes.

Face au divin, nous retrouvons notre humilité, perdons la colère qui anime nos pensées et autorisons le reste du monde à être sans jugement. Nous vivons pour nous, et donnons à l’univers notre propre énergie pour le nourrir de notre amour. Nous ne pouvons être qu’amour dans la prière et delà, la prière à le pouvoir magique de nous ramener à notre état fondamental initiatique du paradis perdu. Nous retrouvons alors notre paix intérieure, notre insouciance et confions à Dieu notre vie. Nous nous détachons, entrons dans le lâcher prise, nous libérons des doutes et du contrôle, et évoluons vers le chemin de lumière qui est le nôtre.

Notre Moi n’existe plus en tant qu’ego démesuré, mais en tant qu’entité céleste, en tant que partie du divin. Cet état nous permet de ne plus juger les autres par rapport à moi, mais de laisser vivre les autres et de les tolérer. Nous libérons ainsi notre état émotionnel et nous nous rapprochons de la sagesse et de la compassion. Nous autorisons le monde et les autres à être imparfaits et de ce fait à l’être nous-même.    La prière est une bulle d’oxygène, un espace-temps, qui nous coupe du monde et nous renvoi, l’espace de quelques pensées, à notre paradis primaire, à notre Eden perdu, où l’insouciance, la paix et l’amour étaient alors les seuls états émotionnels que connaissaient les hommes.

Curieux, visionnaire et innovant, votre formateur Ralph Lidy n’a jamais perdu son désir d’offrir les meilleurs des soins aux patients qui viennent lui demander conseils et s’efforce de proposer une solution naturelle, là ou la médecine ne propose plus rien. Partant du principe que la maladie n’a pas une, mais des origines, c’est en prenant en compte chacune d’elles, que la guérison est la plus complète et sûrement la meilleure. Il y a déjà quelques années, Le Dr Lidy a mis au point sa propre technique : la technique EMOST, un savant mélange entre la chiropractie, la médecine chinoise et ayurvédique, et le décodage biologique.